Abraham, Agar, Sarah et Dieu… donné !

Publié le 30/11/2006 à 16:04
Par Oxymore
Humeur : Tendre
Cela a commencé après que Dieudonné se soit rendu à la fete du Front National. Aussi, un grand nombre de ceux qui le soutenaient jusque-là se sont détournés de lui estimant qu’il s’inscrivait ainsi dans un discours foncièrement antisémite et qu’en aucun cas cela ne saurait être acceptable. Moi le premier à l’issue de cette sortie, je l’avais renié contrairement à Raphaël CONFIANT qui mordicus, persistait en la question qu’il avait posé en 2005 : « Comment, monsieur Finkielkraut, peut-on se réclamer de l’Occident après avoir subi l’Inquisition, les pogroms, les chambres à gaz et la rafle du Vel d’Hiv’ ? Oui, comment ?
Quand vous aurez répondu à cette question, le vrai débat pourra commencer »

 

Aussi ne comprenais-je toujours pas comment Dieudoné en était arrivé là. Au départ il ne voulait que montrer la souffrance du peuple noir en voulant faire un film mais des financements lui ont été refusés au titre que le sujet ne valait pas un film…

 

Aussi Dieudonné a t-il réagi comme son personnage de scène : fort en gueule, disant tout haut ce que les autres pensent tout bas…

Pourtant ce qu’il voulait faire Dieudo, d’autres que lui l’avaient déjà dit, il y a de cela une cinquantaine d’années : « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir » Et venant je me dirais à moi-même : « Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle, car une mer de douleur n’est pas un proscenium, car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse… » ( Cahier d’un retour au pays natal).

C’est cela qu’il voulait faire Dieudo, c’est cela qu’il voulait dire, seulement n’est pas Césaire qui veut et pas après pas, il avait mis le pied dans la fosse camouflée de sourires glissants… .(Les armes miraculeuses)

Césaire serait-il mieux entendu que Dieudonné ?
Le subliminal de l’art poétique, le disputerait-il à la tonitruance de l’histrionique ?

Pourtant restait en suspens la question de R. Confiant, comment se faisait-il que le peuple Juif se réclamait encore de l’Occident après avoir subi tout ce qu’ils ont eu à subir de sa part ?

Aussi, si selon moi la question est de savoir pourquoi est-ce que les Juifs se rangent du côté de leurs bourreaux en se défiant des autres peuples qui comme eux ont eu à subir le joug occidental, je n’y verrais pas un simplissime syndrôme de Stockholm mais quelque chose de plus subtil et plus pernicieux…

La civilisation européenne est directement issue de la culture judeo-chrétienne (l’expression à elle seule est un curieux mélange d’oxymore et de pléonasme) et je dispose l’hypothèse que certains mythes strucuturant les identités des Européens et des Juifs ont quelque chose à la fois de fusionnel et de répulsif.

 

Pour moi, l’Europe se pense blanche et cette couleur, symbolise (dans l’inconscient collectif Européens) la pureté. Ainsi, autrement dit pour moi, les européens ne se pensent pas que blancs,… ils se pensent avant tout purs et donc toute alliance exogène ne peut qu’être contraire à leur idéal narcissique de pureté et de perfection…

 

De l’autre côté du miroir, la chose se pense de la façon suivante « ..ceux qui ne se consolent point de n’être pas faits à la ressemblance de Dieu mais du diable,ceux qui considèrent que l’on est nègre comme commis de seconde classe… » : A. Cesaire : Cahier d’un retour au pays natal…
C’est ainsi que je m’interroge sur la curieuse appellation de « gens de couleurs » comme si le blanc en soi, n’était pas une couleur. L’expression « …gens de couleurs » (coloured en anglais) dans la bouche d’un européen blanc désigne par une singulière auto-dénégation le reste de l’humanité qui n’est pas pur…

Ainsi me semble t-il que ce phantasme narcissique de pureté et de perfection Européennes et la notion de peuple Elu si redondant dans le Pentateuque, se heurent dans leurs téléonomies (au sens d’Aristote : finalité des choses, but ultime).

La culture judéo-Chrétienne est un des piliers de l’identité Européenne. Aussi les Européens blancs à cause du complexe de pureté cherchent-ils à s’approprier la notion de peuple élu au travers du concept de Phare de l’humanité (cf la statue de la Liberté…) et donc pour assumer pleinement leur mission civilisatrice ils se doivent d’exterminer en quelque part le prétendûment peuple élu, seules personnes qui selon eux seraient en mesure face à Dieu, de leur disputer leur mission téléologique…

Le peuple Juif quant à lui, outre le fait qu’il partage d’une certaine façon ce complexe de pureté,… s’il ne s’octroie pas une mission au regard du reste de la planète, n’en dispose pas moins d’une perception théologique de sa finalité. L’essentiel est pour lui d’arriver au bout du tunnel afin de se trouver justifié dans son rôle eschatologique de peuple élu. Cela étant, l’Europe ayant adopté leur dieu, ils considèrent que l’Europe est fille du pentateuque et donc leur enfant spirituel. Idem pour l’Amérique Chrétienne deuxième enfant spirituel de ce même dieu juif. Ainsi d’une certaine façon ce peuple élu se trouve devoir se mettre à l’abri d’un fils spirituel qui est bien plus puissant que lui (l’Europe) alors même que ce fils spirituel pour affirmer son identité a cherché à plusieurs reprises au cours de l’histroie à tuer le père (les Juifs) …

Rappellons évidemment que le père a un âge tout à fait respectable de plusieurs millénaires et que son premier fils spirituel (l’Europe) est bien plus jeune et bien plus fort que lui et que son deuxième fils spirituel (les USA) est encore plus fort que le premier et que le noble vieillard va devoir s’adosser à ses deux fils pour de nécessaires questions de survie….

C’est donc là, la première articulation de mon propos qui dispose le paradigme de parent et enfants spirituels entre l’Europe et les Etats-Unis d’une part et le peuple juif et l’état d’Israel d’autre part…

 

La deuxième articulation vise quant à elle, à expliquer pourquoi est-ce qu’il exsite une telle souffrance dans les relations entre le peuple Juif et les musulmans…

Dans la Genèse, Sarah qui ne s’appellait encore que Saraï à l’époque, ne parvient pas à avoir d’enfant et donc comme elle a déjà soixante quinze années, elle propose à Abram (il ne s’appellait pas encore Abraham) de connaître sa servante égyptienne Agar et d’en avoir un enfant ( Gn 16,3 ).. Quelque temps après naît Ismael et ce ne sont que treize années plus tard que Saraï vint à être enceinte et donne alors naissance à Isaac …Aussi n’est-ce qu’à cette époque que l’Eternel indique à Abraham comment procéder pour reconnaître sa postérité. Aussi celui-ci circoncit-il en premier : Ismael. Ensuite, lui-même et les autres hommes de la maison.

Aussi à la naissance de Isaac le principe de la circoncision comme ciment fondateur de l’alliance entre Dieu et le peuple juif était déjà acquis et pratiqué…
Autrement dit, si en Canaan à cette époque une loi d’inspiration salique avait été appliquée alors fort probablement le peuple Juif n’aurait jamais existé en tant que tel et le dieu d’Abraham eût été un dieu d’inspiration égyptienne.

Il aura fallut un dispositif particulier pour fonder le pleuple Juif à partir des entrailles d’Abram tout en excluant Ismael. Ce dispositif est la fameuse loi juive qui veut que la religion ne se transmette que par la mère… Ainsi de façon assez surréaliste on se retrouve dans un contexte ultra-patricarcal ou l’aîné mâle d’une famille se voit dénier le droit de prétendre à honorer la postérité du patriarche au titre que la religion fondatrice de l’essence de ce peuple, ne se transmet que par les femmes… Ainsi et dès lors, Ismael et donc toute la primo-postérité d’Abraham (il avait alors récupéré son nom actuel) se trouve reléguée au titre de relation extra-conjugale,… Que l’on le vueille ou non, cette blessure narcissique pour fondatrice qu’elle soit, pourrait inconsciemment, faire valoir quelque part une réparation…

Ainsi pour allégoriser mon propos autour des relations Juives, Chrétiennes et Musulmanes, j’aurais tendance à décrire une histoire de famille dans laquelle les deux enfants naturels de Abraham se disputent la légitimité du père. Ainsi donc, je verrais les deux héritages naturels en conflits perpétuels autour de la légitimité spirituelle du père et là-dessus est intervenue l’Europe qui s’inscrivant comme adoratrice d’un Dieu Juif ( Jesus-Christ ,..) se fait l’héritière spirituelle du peuple Juif, le fondant et le justifiant une deuxième fois dans sa légitimité patriarcale.

Ainsi on voit que l’Europe fonde, appuie, intercède, justifie et légitime le peuple Juif dans son essence. Elle le fait au détriment spirituel des peuples Arabes qui se sentent totalement rejetés par cette famille spirituelle du Livre qui les toise alors que ce sont eux-mêmes qui au titre d’une éventuelle loi salique auraient été en droit de revendiquer et d’emporter l’héritage Abrahamique…

Autrement dit, on pourrait dire que les fils naturels se disputent l’héritage et que chacun d’entre eux désire que l’Occident légitime son camp et d’une certaine façon arbitre ce duel fraticide. A la rigueur l’Occident disposera toujours de la possibilité de devenir le fils spirituel de l’Islam pour peu que sa démographie l’exige, en tout état de cause sa position est à la fois celle du juge et des parties, peu importe le camp pour peu qu’elle assume sa mission téléologique de civiliser la planète….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s