Les effets de la télévision

L’enfant et les écrans

Auteur : Académie des Sciences
Type d’ouvrage : Avis d’experts

l'enfant et les ecransC’est un ouvrage collectif qui constitue un avis de l’Académie des Sciences remis le 17 Janvier 2013. Vous pouvez le consulter ici.. Auteurs Jean-François BACH,  Olivier HOUDE, Pierre LENA, Serge TISSERON.

Emission relative à cet ouvrage diffusée sur France Inter : ici 

Un extrait d’un autre blog à propos de cet ouvrage : « Après deux ans de travail et d’auditions nombreuses, l’Académie des Sciences dévoilait hier son rapport consacré « l’enfant et les écrans ». Un rapport de 124 pages rendant compte des effets, positifs et négatifs, des « écrans » (de télévisions, de cinéma, d’ordinateurs ou encore de mobiles) sur le cerveau, le psychisme et les comportements des plus jeunes (des bébés aux adolescents). Une étude instructive qui s’intéresse notamment aux influences des jeux vidéo (au pluriel, car l’Académie estime que « le » jeu vidéo en général ne peut être appréhendé comme une unique entité homogène), qui va à l’encontre de certaines idées reçues.

En substance, on retient par exemple de cet avis de l’Académie que « les écrans » engendrent une révolution de la culture numérique, qui influence durablement les comportements : l’intelligence numérique qu’ils développent serait ainsi « plus fluide, plus rapide et multitâche », mais aussi sans doute plus superficielle (la culture du lien et du clic engendre une pensée « trop rapide » encline au « zapping ») en comparaison avec une culture littéraire plus lente, mais plus profonde. Deux approches qui ne sont pas pour autant en opposition, mais qui se complètent. 
Au-delà de l’impact sur les modes de réflexion, les écrans sont aussi susceptibles d’induire des comportements. Si les images violentes pourront susciter une forme d’agressivité, on constate aussi par exemple des « comportements pro-sociaux dans la réalité, chez les joueurs de jeux vidéo coopératifs et valorisant l’entre-aide ». Mais dans tous les cas, l’Académie ne voit aucun déterminisme chez les jeunes « consommateurs d’écrans » et préconise ainsi un accompagnement des enfants par leurs parents (éviter les « expositions passives » et au contraire, « éduquer les enfants aux écrans, leur expliquer et dialoguer avec eux sur les images qu’ils reçoivent »)…. la suite

Pour ma part, même si je confirme tout ce qui est dit ci-dessus, j’ai quand même trouvé le précédent ouvrage globalement positif. Disons qu’il semblait ne pas avoir le choix et face à la résignation due aux effets de la numérisation, les auteurs ont préféré présenter comme positif, ce qui d’un autre point de vue aurait put paraître catastrophique….

Mon point de vue personnel est clairement exprimé au travers d’un article précédent de mon blog : Mutation de la pensée en cours : Danger !

Il est vrai que mon point de vue a été grandement influé par la lecture d’un autre ouvrage :

TV Lobotomie

Ouvrage exposant un point de vue scientifique, il comprend plus de 1000 références sur des articles, d’autres ouvrages, des extraits de conférences, d’émissions qui appuient son propos. La quatrième de couverture dit la chose suivante : « Sophie, 2 ans, regarde la télé 1 heure par jour. Cela double ses chances de présenter des troubles attentionnels en grandissant. Lubin, 3 ans, regarde la télé 2 heures par jour. Cela triple ses chances d’être en surpoids. Kevin, 4 ans, regarde des programmes jeunesse violents comme DragonBall Z. Cela quadruple ses chances de présenter des troubles du comportement quand il sera à l’école primaire. Silvia, 7 ans, regarde la télé 1 heure par jour. Cela augmente de plus d’un tiers ses chances de devenir une adulte sans diplôme. Lina, 15 ans, regarde des séries comme Desperate Housewives. Cela triple ses chances de connaître une grossesse précoce non désirée. Entre 40 et 60 ans, Yves a regardé la télé 1 heure par jour. Cela augmente d’un tiers ses chances de développer la maladie d’Alzheimer. Henri, 60 ans, regarde la télé 4 heures par jour. René, son jumeau, se contente de la moitié. Henri a 2 fois plus de chances de mourir d’un infarctus que René.

Chaque mois, les revues scientifiques internationales publient des dizaines de résultats de ce genre. Pour les spécialistes, dont fait partie l’auteur, il n’y a plus de doute : la télévision est un fléau. Elle exerce une influence profondément négative sur le développement intellectuel, les résultats scolaires, le langage, l’attention, l’imagination, la créativité, la violence, le sommeil, le tabagisme, l’alcoolisme, la sexualité, l’image du corps, le comportement alimentaire, l’obésité et l’espérance de vie.

Ces faits sont niés avec un aplomb fascinant par l’industrie audiovisuelle et son armée d’experts complaisants. La stratégie n’est pas nouvelle : les cigarettiers l’avaient utilisée, en leur temps, pour contester le caractère cancérigène du tabac…« 

Pour se faire une bonne idée de la lecture de cet ouvrage, je vous invite à regarder une intervention de Michel DESMURGER sur le thème : les effets de l’environnement numérique sur les enfants.

Mais dans cette vidéo, il présente réellement son ouvrage : TV Lobotomie.

Cet article correspond peu ou prou à une présentation faite le 23 Octobre 2013 à l’école Montessori du Gosier en Guadeloupe.

Les commentaires sont bien entendus, Très bien venus !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s